LES GRANDS QUATUORS (2) / QUATUOR DIOTIMA

Lundi 28 mars - 18h00 - Monaco - Opéra Garnier

Schoenberg / Quatuor à cordes n°1 en ré mineur, op. 7
Quatuor Diotima
Yun-Peng Zhao et Constance Ronzatti, violons
Franck Chevalier, alto
Pierre Morlet, violoncelle

Mise en lumière réalisée par Joël Demazure


Quand Schoenberg raconte avoir commencé à composer dès l’âge de neuf ans à partir des duos de Viotti ou de Pleyel qu’il jouait au violon, c’est qu’il conçoit l’écriture en prolongation de la pratique instrumentale. Et comme il passe beaucoup de temps dans sa jeunesse à jouer les grands quatuors de la tradition et , à la toute fin du 19è siècle, il décide de ne plus composer que des quatuors à cordes. Ce n’est qu’au troisième qu’il donne le titre de Quatuor n° 1, un opus 7 qui a ceci du 20ème siècle qu’il provoque grand tumulte à sa création à Vienne, le 5 févier 1907. Quand il s’en souvient, quarante ans plus tard, Schoenberg rappelle un procédé d’écriture très ancré dans la vie : pendant ses vacances d’été sur les bords du Traunsee, il imaginait mentalement 40 à 80 mesures tous les matins pendant sa promenade quotidienne avant qu’il ne rentre les copier. C’est peut-être ce qui explique que tous les thèmes sont tellement liés à leurs variations que la tonalité est instable et le « mélodisme » se superpose en plusieurs niveaux d’écoute. Et si le compositeur revendique la 3e Symphonie de Beethoven pour modèle, on entend surtout l’exigence d’inventer de nouvelles formes à partir d’un matériau tout à fait simple.

Agenda



Twitter