LES GRANDS QUATUORS (1) / SIGNUM QUARTETT - QUATUOR TANA

Vendredi 25 mars - 20h30 - Monaco - Yacht Club

DEUX CONCERTS EN UN

PREMIERE PARTIE

Adámek / Rapid Eye Movements pour quatuor à cordes et dispositif électroacoustique
Cage / 4’33’’
Crisóstomo de Arriaga / Quatuor à cordes n° 1 en ré mineur
Quatuor Tana
Antoine Maisonhaute & Ivan Lebrun, violons
Maxime Desert, alto
Jeanne Maisonhaute, violoncelle
Thierry Coduys, dispositif électroacoustique (IanniX)

DEUXIEME PARTIE

Haydn / Quatuor à cordes en fa mineur, op. 20 n°5
Beethoven / Quatuor à cordes en si bémol majeur, op. 18 n°6
Signum Quartett
Diana Tishchenko et Annette Walther, violons
Xandi van Dijk, alto
Thomas Schmitz, violoncelle

Un cocktail à l’entracte est proposé au tarif de 20 €  composé de 6 pièces par personne et une coupe de crémant Albert Bichot. Uniquement sur réservation préalable au +377 93 25 58 04 et avant le 15 mars 2016.

Attention, places limitées.

 

 

En amont du concert "table ronde" à 15h. Entrée libre


Composer un quatuor est une étape dans la vie d’un compositeur. Plus qu’une formation, le quatuor est non seulement un genre musical, mais parmi ceux dont la réputation est la plus codée. On peut toujours dire et redire que Joseph Haydn est le « père du quatuor à cordes », on ne peut pas nier qu’il y en a eu quelques-uns auparavant (de Sammartini, Richter ou Boccherini). On peut toujours imaginer qu’il y a eu un âge d’or du quatuor qui se termine avec la mort de Schubert. Pour preuve de cette théorie de l’âge d’or, les compositeurs modernes qui s’essayent au quatuor doivent composer avec l’académisme, montrer leur savoir-faire technique ou dépasser les codes attachés au genre. Les concerts de cette « Nuit des quatuors » donneront une image de ce dialogue entre un âge d’or et ses réminiscences plus ou moins conflictuelles, en réunissant le Quatuor Diotima, le Quatuor Tana et le Quatuor Signum dans des œuvres de Schoenberg, Adamek et Cage, mais aussi, pour ledit âge d’or, de Haydn, Beethoven et Arriaga.

Agenda



Twitter