SIESTE MUSICALE « Japanese Soul »

Samedi 23 mars ı 16:00
One Monte-Carlo
10H – 12H – MASTERCLASS - Centre culturel Prince Jacques de Beausoleil
10H – 12H – MASTERCLASS - Centre culturel Prince Jacques de Beausoleil

avec Amaury Coeytaux, violon

16H – SIESTE MUSICALE – One Monte-Carlo
16H – SIESTE MUSICALE – One Monte-Carlo
<p>Fabrice Jünger, flûtes et composition</p>
45 minutes sans entracte par session
(à partir de 6 ans)

Fabrice Jünger, flûtes et composition

Doina Rotaru (1951-)
Japanese Garden pour flûtes (basse et piccolo) et électronique

Malika Kishino (1971-)
Monochromer Garten VIII pour flûte alto

Tōru Takemitsu (1930-1996)
Air pour flûte

Fabrice Jünger (1972-)
Naisei pour flûtes et électronique (création mondiale)

 

Si vous le souhaitez vous pouvez apporter votre coussin ou votre doudou et vous laisser bercer en musique.

 

Allongés ou assis, dans un transat ou sur une chaise, les spectateurs sont invités par le flûtiste et compositeur Fabrice Jünger à vivre une sieste musicale inédite, baignant dans des sonorités venant de l’Extrême Orient.

Tarifs concert
PLEIN TARIF :
15
PACK 4 CONCERTS ET + -25% :
11
-25 ans :
Gratuit*
*Entrée libre sur réservation

Billetterie en ligne

Réservez vos billets via la plateforme Monte-Carlo Ticket !
Visa
Je réserve l’after à partir du 1er mars
• Téléphone : +377 93 25 54 10
• Mail : contact@printempsdesarts.mc
INFOS PRATIQUES
PARKING

De manière générale, le tarif de nuit est applicable à partir de 19h : 0,70€ de l’heure*

Sauf pour certains évènements pour lesquels le forfait Spectacle "Festival Printemps des Arts" s’applique.

* Sous réserve de modifications

Toutes les informations
Réservation navettes
Si vous le souhaitez, vous pouvez bénéficier de notre service de réservation de navettes. Plus d’informations sur le lien ci-dessous.
Réserver une navette

Sieste musicale 2.0 pour flûtes et électronique en quadriphonie

Mes siestes musicales s’adressent à tous les publics. Elles proposent aux familles, travailleurs, vacanciers, mélomanes de s’allonger et d’entrer dans une écoute au service de l’imaginaire. Réunissant des styles très différents, de l’ambient à des compositions plus abstraites, le choix des musiques invite à l’abandon et au repos grâce notamment aux sons planants des flûtes traversières et profonds de la flûte contrebasse.

Le public peut être soit allongé, soit dans un transat, soit sur une chaise. Il est entouré de quatre enceintes et ainsi baigne dans un univers sonore multidimensionnel, sensation que l’on n’éprouve pas lors des concerts classiques où le son est essentiellement frontal. Nulle autre musique que les musiques contemporaines n’a trait si fortement à l’imaginaire. Par leur abstraction, elles permettent à chacun de s’évader, par leurs mélanges de timbres subtils, elles affinent l’écoute. La notion du temps est également importante. S’arrêter un moment, s’installer pour « juste » écouter de la musique est une démarche opposée au rythme effréné et multitâche de notre société. C’est pourquoi la position couchée répond physiquement à cette problématique. Elle permet dans un premier temps de se relaxer, et ensuite de laisser l’esprit jouer avec les sons, d’alterner les types d’écoutes plus ou moins conscientes, entre méditation et écoute active.

Ces séances de 45 minutes invitent à voyager dans un univers venant de l’Extrême Orient, puisque chaque composition est empreinte de la culture nippone des quatre dernières décennies. On commence dans les années 1990 avec la référence absolue de la musique contemporaine japonaise en la personne de Tōru Takemitsu et l’une de ses dernières pièces, composée un an avant sa mort : Air. Cette pièce pour flûte seule dédiée à mon professeur Aurèle Nicolet pour ses 70 ans navigue à merveille entre monde occidental et oriental lors d’une mélopée invitant à la méditation.

Pendant la décennie suivante, une compositrice également très ancrée dans la culture populaire de son pays, la Roumanie, a composé une pièce pour flûte et électronique. Avec Japanese Garden, Doina Rotaru nous emmène dans un monde féerique par l’évocation d’un jardin japonais. Grande connaisseuse de la flûte traversière, elle parvient à trouver des sons inouïs que ce soit à la flûte basse, à la flûte en ut ou au piccolo, qui nous sortent de tout contact avec la réalité.

Née à Kyoto, Malika Kishino s’est également imposée comme l’une des références de la musique contemporaine japonaise. Sa pièce Monochromer Garten VIII fait partie d’un cycle composé pendant les années 2010. Si elle reste attachée à la tradition japonaise, c’est davantage en tant que contexte culturel que par des références à la tradition musicale japonaise. La caractéristique esthétique dominante de ses œuvres est la création d’un « organisme sonore », principe selon lequel une composition dispose — à l’instar de toute vie organique — d’une période de développement, d’un moment propre et d’une forme spécifique.

Enfin, la sieste musicale se termine par la création mondiale d’une de mes pièces. Naisei signifie « Introspection » en japonais. À travers un dispositif de transformation du son en temps réel et en quadriphonie, l’immersion sonore est totale et plonge l’auditeur dans un voyage onirique où musique traditionnelle japonaise, sons citadins ou naturels de la vie courante, références au cinéma se mélangent aux sons profonds des flûtes basse et contrebasse pour suspendre le temps et l’espace.

Fabrice Jünger

Recevez l'actualité
du Printemps des arts