Julien Bourgeois, Bruno Mantovani,
Michel Dalberto, Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo, Kazuki Yamada

Mercredi 08 mars ı 20:00
Auditorium Rainier III
Before
18H30 – Table ronde – Auditorium Rainier III
Les « Before » et « After » sont réservés aux détenteurs d’un billet de concert

« Musique pure vs musique à programme » avec Jean-François Boukobza et Manon Decroix, musicologues, Bruno Mantovani, directeur artistique
modérée par Tristan Labouret, musicologue

20H – Concert – Auditorium Rainier III
<p>Julien Bourgeois et Bruno Mantovani, percussions</p>

Julien Bourgeois et Bruno Mantovani, percussions

Steve Reich (1936-)
Clapping Music par Julien Bourgeois et Bruno Mantovani, percussions

<p>Michel Dalberto, piano<br />
Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo<br />
Kazuki Yamada, direction</p>
<p>Michel Dalberto, piano<br />
Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo<br />
Kazuki Yamada, direction</p>
2h avec entracte
Le concert sera suivi d’une séance de dédicaces de Michel Dalberto

Michel Dalberto, piano
Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo
Kazuki Yamada, direction

César Franck (1822-1890)
Les Djinns, poème symphonique pour piano et orchestre
Variations symphoniques, pour piano et orchestre

Anton Bruckner (1824-1896)
Symphonie n° 2 en do mineur (version de 1877)

En ouverture de cette édition 2023, Clapping Music de Steve Reich invite à explorer tous les chemins musicaux possibles. Le reste du programme met en regard César Franck et Anton Bruckner, deux organistes maîtres de la musique sacrée et qui ont su s’aventurer dans d’autres voies, de la petite forme du poème fantastique à l’art symphonique monumental.

Tarifs concert
CAT.1 :
36
CAT.2 :
26
CAT.3 :
17
13/25 ans :
10
-13 ans :
Gratuit*
*Entrée libre sur réservation

Billetterie en ligne

Réservez vos billets via la plateforme Monte-Carlo Ticket ou sur l’application Carlo® !
Visa Carlo
Je réserve l’after à partir du 1er mars
• Téléphone : +377 93 25 54 10
• Mail : contact@printempsdesarts.mc
INFOS PRATIQUES
PARKING

De manière générale, le tarif de nuit est applicable à partir de 19h : 0,70€ de l’heure*

Sauf pour certains évènements pour lesquels le forfait Spectacle "Festival Printemps des Arts" s’applique.

* Sous réserve de modifications

Toutes les informations
Réservation navettes
Si vous le souhaitez, vous pouvez bénéficier de notre service de réservation de navettes. Plus d’informations sur le lien ci-dessous.
Réserver une navette

Il serait tentant de voir en César Franck avant tout un génial organiste, lui qui fut en 1859 le premier titulaire du grand Cavaillé-Coll de l’église Sainte-Clotilde et tint à partir de 1872 la classe d’orgue du Conservatoire de Paris. Mais le discret « Père Franck », comme ses élèves l’appelaient affectueusement, ne s’est pas contenté de laisser une trace dans la musique sacrée. Habile au piano, grand admirateur de ses prédécesseurs germaniques qui avaient fait de cet instrument profane le protagoniste d’œuvres fantastiques (Carl Maria von Weber, Konzertstück, 1821 ; Franz Liszt, Totentanz, 1849), le compositeur liégeois leur emboîte le pas en écrivant en 1884 une courte pièce pour piano et orchestre à partir d’un poème de Victor Hugo, Les Djinns. Dans ce texte très musical, les vers vont crescendo et decrescendo, comptant de plus en plus de syllabes avant de refluer jusqu’au silence, à l’image des démons traversant la nuit. Franck adopte tout d’abord la même trajectoire, partant d’un parcours harmonique simple qu’il enrichit, allonge et complexifie progressivement. Le compositeur reprend ensuite une autre caractéristique du poème : l’opposition entre les djinns furieux et les implorations du narrateur dans la tourmente. Face à l’orchestre infernal, le piano devient alors la voix du poète, « suppliant, mais avec inquiétude et un peu d’agitation », précise Franck. En résulte une forme musicale singulière qui rejoint in fine la morale chrétienne chère au compositeur, la foi triomphant des démons.

 

Satisfait de la création de l’ouvrage en mars 1885, le compositeur conçoit pendant l’été suivant une série de Variations symphoniques pour piano et orchestre afin de remercier le pianiste Louis Diémer, premier exécutant des Djinns. Franck s’empare ainsi d’une forme qui a donné lieu à des œuvres fameuses, des Variations Goldberg de Bach aux Études symphoniques en forme de variations de Schumann en passant par les Variations Diabelli de Beethoven. Le début de la pièce rappelle d’ailleurs Beethoven et le mouvement lent de son Quatrième Concerto, dans son opposition frontale entre un motif implacable à l’orchestre et un geste plaintif du piano. À partir de ce double embryon, Franck développe très progressivement un discours qui aboutit naturellement au thème à proprement parler, présenté au piano sous l’apparence d’un choral. Si un tel début a pu déconcerter des auditeurs du XIXe siècle, c’est pourtant bien là qu’on reconnaît le style de Franck, sa pratique de l’improvisation à l’orgue étant très perceptible dans cette construction singulière.

 

Exact contemporain de César Franck, Anton Bruckner semblait lui aussi destiné à vouer sa vie à la musique sacrée. Fils de l’organiste d’un petit village de Haute-Autriche, le jeune garçon intègre bientôt le chœur de l’abbaye voisine de Sankt-Florian dont il devient l’organiste attitré avant d’accéder à la tribune convoitée de la cathédrale de Linz en 1856. Une carrière de musicien virtuose et de compositeur de musique sacrée s’ouvre à lui mais sa fascination pour le répertoire orchestral ne lui fait pas renoncer à sa « vocation de symphoniste », ainsi qu’il l’appellera plus tard. Après trois premières symphonies aux destinées contrastées (il en éliminera deux de son catalogue), sa Symphonie no 2, créée en 1873 à Vienne pour les festivités de clôture de l’Exposition universelle, constitue la pierre d’angle de son corpus orchestral.

 

Bruckner y introduit des procédés qui seront caractéristiques de l’ensemble de son style symphonique : marqué par l’orchestre mystique et grandiose de Wagner depuis sa découverte de Tannhaüser, il étire les proportions des quatre mouvements, élabore de grandes sections de développement, trace de longs et lents crescendos. Pour soutenir cette architecture impressionnante, Bruckner met à profit sa science contrapuntique d’organiste : il multiplie les couches et les textures instrumentales et trace des lignes aux rythmes obstinés. On peut d’ailleurs entendre dans cette Symphonie no 2 d’autres échos de l’art sacré du compositeur, une citation du Kyrie de sa Messe en fa mineur se glissant dans le finale. Malgré le succès public et critique de la création, Bruckner retouchera sa partition à l’occasion de la deuxième exécution de l’œuvre quelques années plus tard afin d’en réduire la forme, opérant ici des coupes (dans le finale), rehaussant là un tempo (l’Adagio du mouvement lent devient Andante), ôtant quelques-uns de ces silences de cathédrale qui avaient valu à l’œuvre le surnom de « Symphonie des pauses ». C’est cette nouvelle version de 1877 qui est programmée ce soir.

 

En guise de prélude à ce concert d’ouverture, des applaudissements retentiront dans l’Auditorium Rainier III : ceux de Clapping Music de Steve Reich, annonçant les nombreuses œuvres américaines présentées lors de cette édition. Dans ce bref duo imaginé en 1972, Reich expérimente non sans humour la technique du déphasage avec le matériau instrumental le plus rudimentaire qui soit, les applaudissements d’un musicien se décalant progressivement avec ceux de son partenaire jusqu’à ce que le tandem finisse par se synchroniser à nouveau. Mais on peut aussi entendre dans cette pièce un inventaire musical, énumérant les douze façons de combiner en duo un même motif rythmique sur douze croches. Au-delà du clin d’œil, Clapping Music est alors une invitation à explorer tous les chemins musicaux possibles. N’est-ce pas idéal pour ouvrir un festival ?

 

Tristan Labouret