DIMANCHE 5 AVRIL

LA MUSIQUE FRANÇAISE À LA FIN DU XIXe ET DÉBUT DU XXe SIÈCLE

18H – AUDITORIUM RAINIER III

La symphonie de Magnard (1896) sonne comme un immense voyage contemplatif au milieu des paysages naturels de l’Auvergne dont le compositeur était tombé amoureux.
Presque un siècle après, Olivier Messiaen continue de contempler la nature avec l’orchestre, en citant de nombreux chants d’oiseaux. La création de Gérard Pesson est écrite sur mesure pour Vincent Lhermet, un jeune accordéoniste étonnant qui joue avec les possibilités sonores époustouflantes de son instrument.

Navettes gratuites

Photo / Susanna Mälkki ©Simon Fowler

Olivier Messiaen
Un sourire
Gérard Pesson
Création pour accordéon et orchestre, commande du Printemps des Arts de Monte-Carlo
Albéric Magnard
Symphonie n°3 en si bémol mineur, op. 11

Orchestre philharmonique de Monte-Carlo
Susanna Mälkki, direction
Vincent Lhermet, accordéon


Après le concert, rendez-vous au Salon d’écoute Lars Fredrikson – Auditorium Rainier III