SAMEDI 27 MARS

18h30 – Auditorium Rainier III

Rencontre avec les œuvres « L’École de Vienne : de l’intime au monumental » par Emmanuel Hondré, musicologue
/réservation obligatoire au +377 97 98 32 90

20h30 – Auditorium Rainier III

CONCERT – ÉCOLE DE VIENNE

Quand Alban Berg écrit son concerto pour violon (1935), il le dédie à la mémoire de « Mutzi » (la fille d’Alma Mahler et de l’architecte Walter Gropius) disparue trop jeune. Dans cette œuvre qui résonne comme un requiem, les envolées du violon soliste symbolisent le trajet de l’âme de cette jeune femme de 18 ans qui s’élève vers des sphères mystérieuses. Le jeu exceptionnel de Tedi Papavrami permet à ce chef-d’œuvre d’atteindre toute sa profondeur.
L’histoire qui a inspiré Schönberg pour Pelléas et Mélisande (1905) n’est pas moins émouvante et tout aussi forte : deux amants s’aiment sans pouvoir se le dire, terrorisés par le monde qui les entoure…

Photo / Tedi Papavrami ©Kaupo Kikkas

Alban Berg
Concerto pour violon « À la mémoire d’un ange »
Arnold Schönberg
Pelléas et Mélisande, op. 5

Tedi Papavrami, violon
Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo
Kazuki Yamada, direction